En cours

1. Empowerment des femmes du Sud

Avec Elisabeth Prügl, Directrice du Centre Genre, Institut de Hautes études internationales et du développement (IHEID), Genève, Suisse.

Analyse comparative du potentiel d’empowerment de trois organisations de travailleuses du Sud (en Inde, au Nicaragua et au Burkina Faso). Cette recherche répondra aux auteur.es qui accusent la Banque mondiale de développer de simples projets d’autonomisation économique plutôt que de combattre les inégalités structurelles de genre. Alors que ces auteures célèbrent les organisations locales (« grassroots ») pour leur promotion d’un empowerment radical, ma recherche analysera comment ces organisations, lorsqu’elles s’institutionnalisent, peuvent elles aussi tendre vers une simple autonomisation économique. J’utiliserai le concept de citoyenneté, définie comme une participation active à la vie publique et sociale, afin de redéfinir celui d’empowerment.

 

2. Manifeste pour un internationalisme solidaire

Ce livre se positionne dans le débat entre les différentes positions anti-mondialisation, avec comme focus la coopération internationale bilatérale et multilatérale. D’un côté, la position altermondialiste n’offre pas de propositions concrètes quant au type de politiques multilatérales à adopter. D’un autre côté, les positions nationalistes et démondialistes impliquent souvent une fermeture des frontières et un repli sur soi, une position qui découle d’un certain degré d’égoïste et parfois de xénophobie. Toutefois, si une sortie de la mondialisation néolibérale implique parfois davantage de retrait au niveau national (moins de mondialisation), elle implique souvent davantage de régulation des entreprises, des transactions financières et plus de solidarité entre les peuples (plus de mondialisation). Ce livre vise donc à proposer une alternative à la mondialisation néolibérale sous la forme d’un « internationalisme solidaire », une alternative de coopération internationale qui s’oppose à la mondialisation néolibérale tout en adoptant une solidarité radicale entre les peuples.

 

3. Expertise des femmes dans les médias

Recherches en cours sur la prise de parole des femmes “expertes” dans la sphère publique, dans les principaux médias québécois de 2015 à 2018. L’article en préparation dépeindra de manière quantitative l’inégalité de genre liée à la valorisation de l’expertise dans la sphère médiatique. Ces données seront la base d’un argument sur la construction sociale de l’expertise comme un apanage masculin. Des demandes de subvention ont été envoyées au Secrétariat à la condition féminine et à Status of Women Canada.

Un article est prévu, et un projet de livre est en préparation avec la chercheuse Léa Clermont Dion, sur le déni de la voix des femmes.